Le Nouveau-Brunswick est une puissance à l’échelle nationale en karaté kyokushin.

Les 18 athlètes du sensei Johnny LeBlanc en ont donné une autre preuve en fin de semaine dernière, en remportant la Coupe de Calgary pour la troisième fois au cours des cinq dernières années.

Pas moins de MMM de nos représentants sont montés sur la plus haute marche du podium, soit Jérémie Breau (kata ceinture brune et ceinture noire et combat), Nathan Parker, Méka Cormier, André Barriau, Cassandra Green, Rémi Barriau et Cédric Green.

La compétition regroupait plus de 300 athlètes, de 15 clubs différents de la Colombie-Britannique, de l’Alberta et du Nouveau-Brunswick.

Jérémie Breau s’est particulièrement illustré avec trois trophées.

Même s’il ne pèse que 149 lb, il s’est mesuré à des combattants de 180 lb à 190 lb.

«Les organisateurs savent que Jérémie est très fort. Ils m’ont demandé la permission de le placer dans une catégorie plus pesante. Il s’est battu contre des gars qui pesaient de 40 à 50 livres de plus que lui et il a gagné quand même», raconte Johnny LeBlanc.

«Avec ses techniques et ses mouvements de pieds, qui sont très précis, il a réussi à l’emporter. Il a aussi un esprit très compétitif et une belle vitesse. Même s’il n’est pas gros, il peut frapper fort.»

L’entraîneur affirme que la plupart des combats ont été très durs pĥysiquement.

«Nos athlètes au Nouveau-Brunswick, c’est du monde qui travaille toujours très fort. Certains clubs de karaté sont ouverts deux ou trois fois par semaine en moyenne. Mon club est ouvert à temps plein, soit six jours par semaine. Je pense que ça donne à mes athlètes plus de chances de s’entraîner »

Sensei LeBlanc n’est donc pas surpris du succès de ses élèves, même s’il n’y a jamais aucune garantie dans un combat de karaté.

«J’ai beaucoup de confiance dans leurs habiletés. Je croyais vraiment qu’ils étaient tous et toutes capables de décrocher une première place et c’est ce que 70% d’entre eux ont réussi», explique-t-il.

«Ils ont eu trois ou quatre combats chacun dans un très court laps de temps, mais ils n’ont jamais lâché.»

En plus de la préparation physique, l’entraîneur passe beaucoup de temps sur l’aspect psychologique de l’entraînement de ses athlètes, et ce, jusqu’au jour même de la compétition.

«Je leur dit dès le matin que les trophées de première place sont à eux et qu’ils ne doivent laisser personne d’autre les toucher. Je n’accepte pas la deuxième position. Je suis un peu dur sur eux, mais je pense que ça aide. Ils ne veulent vraiment pas perdre», précise-t-il.

«Je veux que tous mes athlètes s’entraînent au moins trois fois par semaine. Mais la plupart y vont cinq ou même six fois par semaine.»

Johnny LeBlanc, qui détient présentement une ceinture noire (3e dan), est lui-même un redoutable combattant.

Il crédite l’excellence de son entraînement et de ses méthodes d’enseignement à son mentor Tetsuji Nakamura, le seul entraîneur japonais de karaté kyokushin au Canada.

Il applique d’ailleurs cet enseignement dans chacune de ses classes.

«Ce sont des classes qui sont vraiment intenses. Ce sont des combats durant toute la période Tous mes élèves doivent faire au moins une classe comme ça par semaine.»

Avec leur titre remporté à Calgary, Jérémie Breau (Moncton), âgé de 17 ans, et Cédric Green (Memramcook), âgé de 20 ans, sont qualifiés pour le Championnat du monde karaté kyokushin, qui aura lieu en novembre au Japon.

Sensei Johnny LeBlanc n’a toutefois pas encore décidé si ses deux athlètes vont y participer ou non.

Il prendra une décision finale au cours des prochaines semaines.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle